Politique

Philippe Nantermod fait une descente d’organes après avoir appris l’existence de la semaine de 4 jours

Le vice-président du PLR a été admis hier soir à l’hôpital du Valais. Bien que sévèrement touché, il est actuellement dans un état stable et se remet gentiment de la vive émotion qui lui a été provoquée par l’évocation de la semaine de 4 jours dans les médias. 

Notre affreux service public avait commencé à pervertir les esprits de nos honnêtes citoyen·ne·s le 11 novembre dernier en évoquant la volonté du gouvernement espagnol de passer à la semaine de quatre jours. Il a recommencé hier avec un article insidieux intitulé « L’idée d’une semaine de travail de quatre jours fait son chemin en Suisse » qui est, bien évidemment, un mensonge éhonté puisque, selon le Nantermod’s Institute of Inspection des Travaux Finis, près de 99.9% des Suisse·sse·s seraient particulièrement satisfaits de travailler « jusqu’à pas d’heure » tandis que 99.8% de ces mêmes personnes adoreraient « n’avoir aucune vie sociale à cause du travail ». 

Bref, en apprenant la tentative de prosélytisme de nos honnêtes concitoyen·ne·s orchestrée par le service public, Philippe Nantermod a tourné de l’œil et s’est évanoui. Plus précisément, les tissus ligamentaires de plusieurs de ses organes se sont rompus, provoquant une descente de ces derniers. « On n’est pas passé très loin de la catastrophe ! », analysent les médecins de l’Hôpital du Valais où il a été héliporté. D’ajouter qu’un tel incident ne s’était plus produit depuis que Christoph Blocher avait contracté une diphtérie très aigue en apprenant les résultats de l’initiative « No Billag », en 2015. 

À l’avenir, on espère que le service public s’abstiendra de diffuser de telles informations et que, par mesures de précaution, l’État se retiendra d’engager de nouveaux fonctionnaires. Sans quoi le pauvre Philippe risquerait bien d’y passer…

La Rédaction.  

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code