Politique

Défaits, les Amis de la Constitution avouent qu’ils ne l’ont jamais lue

Nonante-cinq pourcents des adhérents du mouvement politique de droite conservatrice n’auraient jamais lu la Constitution qu’ils prétendent défendre. Quant aux cinq pourcents restants, ils se seraient arrêtés à la première phrase : « Au nom de Dieu Tout-Puissant ! » et en auraient conclu qu’il s’agissait de la Bible. 

Encore une fois, c’est la vaillante Armée suisse qui sauve les meubles. Selon les données récoltées par cette dernière au cours des tests de recrutement de tous les mâles alpha d’Helvétie, la plupart des adhérents du mouvement politique auraient démontré une incapacité totale à lire des phrases dans la langue de leur daronne. 

En effet, les épreuves obligatoires de ces deux jours tout aussi inévitables passés dans l’un des six centres de recrutement de la grande muette sont aussi l’occasion de mesurer le taux d’analphabétisme qui persiste sur le territoire helvétique, et ce malgré les nombreuses tentatives de « civiliser » les Suisses allemands*. À cet égard, des statistiques approfondies ont montré que les personnes ayant déclaré « avoir adhéré » ou « vouloir adhérer prochainement » aux Amis de la Constitution (ndlr : Freunde der Verfassung, en allemand) sont totalement incapables de lire une phrase telle que « je suis xénophobe », dont la syntaxe est on ne peut plus élémentaire. 

Les « gardiens droits populaires », comme ils se définissent eux-mêmes, avaient jusque-là toujours nié leur arriération, prétextant communiquer en « vieux-francique », la langue des francs saliens parlée au XVIIIe siècle en France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas et, quelques fois aussi, au Luxembourg. Au pied du mur, leur porte-parole Michelle Cailler n’a pas voulu s’enfoncer « dans le déni ». Elle a reconnu, dans La Matinale de la RTS, qu’aucun des « Amis » n’avait jamais lu la Constitution au-delà de sa première phrase : « Au nom de Dieu Tout-Puissant ! », que certains prononcent même parfois « Dedieu Tout-Puissant ! », adjoint-elle. Pour leur défense, elle ajoute que la création des « Amis » s’est faite sur un immense quiproquo devant le perron de la cathédrale de Berne, lorsqu’un étudiant en droit fan des bénitiers a égaré son livret. Un bigot l’avait alors confondu avec la Bible et s’était mis à le lire en pleine cérémonie. Les gens l’avaient trouvé « pas mal », du moins « un peu plus actuel et mieux écrit » que le Nouveau Testament. Les « Amis » étaient nés, constitués de nombreux dévots du bouquin, incapables de le lire, mais souhaitant cependant l’étudier de plus près. 

Bref, Amis de la Constitution, peut-être, mais ennemis de l’alphabet. Tiens, ça rimerait presque avec bête. 

La Rédaction. 

*Dernière en date, le parachutage de plus de 5 tonnes de préservatifs sur toute la région du Lac des Quatre-Cantons afin de prévenir la consanguinité prédominante à cet endroit.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code