Sports

« La canicule c’est dans la tête » : par le coach sportif qui vous insulte durant vos séances de fitness

Le coach sportif qui vous insulte durant vos séances de fit se prononce sur la canicule qui sévit depuis quelques jours sur l’ensemble de la Suisse. Pour lui, la chaleur est au corps ce que la douleur est aux abdominaux : un ressenti essentiellement situé dans la tête.

La pression c’est dans la bière. Et la canicule ? Dans la tête aussi, évidemment. En tout cas selon Jordan – pas Bardella, rassurez-vous –, 22 ans, toutes ses dents, bien que nombre d’entre-elles soient fausses, et coach sportif improvisé depuis son échec cuisant aux examens de première année de médecine où, s’il n’a pas eu la chance de se hisser parmi les meilleurs candidats, s’est néanmoins illustré en n’obtenant aucune bonne réponse. 

La canicule c’est dans la tête, donc. Cela, Jordan n’hésite pas à le prouver en réalisant deux heures de footing par jour, aux alentours de midi, lorsque le soleil est au zénith et que, par conséquent, ce dernier tape le plus dans son dos et sur ses épaules dénudées – puisque Jordan, jouissant d’une paire d’abdominaux sans nul autre pareil, ne peut courir autrement qu’à torse nu. Il n’hésite également pas à le démontrer en demeurant, demeuré qu’il est, toute la journée en plein cagnard, sans crème solaire, car la crème solaire, dit-il, c’est pour les « tapettes », tandis que les « vrais bonhommes n’ont pas besoin de ça pour bronzer ! » – et, sans doute omet-il de le préciser, meurent souvent d’un mélanome avant d’avoir atteint l’âge de la retraite. 

Alors, s’exprime-t-il au sujet de toutes celles et ceux qui se plaignent continuellement des fortes chaleurs en en profitant pour diminuer leur productivité au travail et demander des congés payés par leur employeur déjà limite financièrement étant entendu qu’il vient de s’offrir une baraque au Pays Basque où il compte passer ses étés tandis que vous faites tourner la boutique, alors : « Tous ceux qui se plaignent sont vraiment des nullos ! » Car quand on veut travailler, « on peut ! », ajoute ce dernier qui en veut non seulement pour preuve son six pack de dieu grec mais aussi les milliers d’émigrés qui ont bossé sur les stades au Qatar, en plein cagnard, et qui ne se sont jamais plaints. 

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*