Politique

Les Libéraux-Radicaux favorables à indexer l’âge de la retraite sur l’espérance de vie des pauvres

N’était l’endoctrinement des Helvètes par les descendants du bolchévisme, cette brillante idée aurait sans doute déjà fait florès. 

Le pauvre, c’est comme la peste, le choléra ou le covid, s’il n’est pas pris des mesures draconiennes pour le traiter, il prolifère. Or, l’une d’elles pourrait justement être d’indexer l’âge légal de son départ à la retraite sur son espérance de vie calculée annuellement par des scientifiques de l’Université de Genève. 

C’est en tout cas ce que préconise désormais le Parti libéral-radical dont la plupart des membres et sympathisants font part de leur « ras-le-bol » de cotiser sur leurs salaires relativement plus élevés que ceux des caissiers à la Migros ou des chauffeurs Uber – qui, du reste, « sont de plus en plus malpolis », affirme l’un d’eux – pour payer des « retraites dorées » à des gens mêmes pas capables d’êtres nés dans une bonne famille, de créer des réseaux qui connectent des clients et des vendeurs de moules ou d’avoir fait l’effort de prendre soin de la tante Gilberte les trois derniers mois de sa vie pour que celle-ci les couche sur son testament.  

Selon des chiffres inventés puisqu’ils n’existent pas en Suisse* – tandis qu’en France on sait que 13 ans d’espérance de vie séparent les riches des pauvres – dix ans d’espérance de vie séparent les plus pauvres des plus riches Helvètes. Les premiers meurrent ainsi à l’âge de 72 ans contre 82 ans pour les seconds. « 72 moins 65, ça fait encore 7 ans de retraites à leur offrir ! », fustige Philéas Nantermoudugenou, un libéral-radical valaisan. « C’est inadmissible ! », ajoute ce dernier, redoublé par son compère, le président de la section genevoise du Parti libéral-radical : « La retraite n’est pas un droit, mais un coup de bol ! » C’est vrai, si le pauvre arrive à vaincre les pronostics, alors il aura bien mérité de toucher à peine de quoi maintenir son niveau de vie.

La Rédaction. 

*Tout au plus un social-démocrate du Temps se sera contenté d’« analyser » que, à l’échelle du monde, l’espérance de vie des hauts revenus s’accroît plus rapidement que celle des bas revenus.

One Comment

  1. Merci beaucoup pour vos propositions si constructives: quand le bon sens sera-t-il enfin notre boussole pour agir?!?

    Sinon, concernant les statistiques suisses: certes elles sont très lacunaires, mais ce sujet m’intéressant particulièrement et depuis longtemps, je me permets de vous suggérer ces quelques publications:
    https://archive-ouverte.unige.ch/unige:14999
    https://www.researchgate.net/publication/242397823_Mortalite_prematuree_et_invalidite_selon_la_profession_et_la_classe_sociale_a_Geneve
    https://www.researchgate.net/publication/263686499_Mortalite_differentielle_en_Suisse_1990_-_2005_rapport_final
    Enfin, voilà pourquoi c’est compliqué: ça coûterait cher… https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20204337

    Bise et bonne journée!

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*