Politique

L’initiative « Pour interdire l’usage de Facebook aux moins de 35 ans » passe la rampe au Parlement

Une majorité du Parlement fédéral a estimé que l’omniprésence de boomers réactionnaires retraités sur ce réseau social était contraire à l’intérêt de la population jeune et active. Elle a donc décidé de voter un texte qui interdit l’accès au réseau à ces derniers, afin de « préserver la jeunesse » et de laisser nos aîné·e·s « se complaire paisiblement dans leurs certitudes ».

« On en a marre de se faire reprendre par des jeunes insolents qui ont le toupet de nous contredire publiquement et qui ont de meilleurs arguments que nous », tempête l’un des auteurs de l’initiative parlementaire, l’UDC glaronais Stefan Gross-Buemer.

Le texte, déposé au Parlement par une entente des partis bourgeois, fonde surtout son argumentaire sur la santé mentale des jeunes, et la productivité du pays. En effet, selon le groupe PLR qui défend vivement le projet, cela va booster la croissance économique. « Tous ces jeunes actifs perdront moins de temps en ligne à essayer de convaincre des vieux ronchons bornés qui, de toute manière, préfèreront crever que d’admettre qu’ils ont eu tort », explique le parti dans un communiqué.

De son côté, Le Centre s’est également prononcé en faveur du projet de loi. « La plupart de notre électorat possède un compte Facebook, et ces gens sont très perturbés par le contact régulier avec tous ces jeunes qui ont de vraies opinions politiques. Nous trouvons donc normal de les préserver pour les quelques années qu’il leur reste à vivre », justifie le parti, qui s’inquiète également du manque de morale chrétienne de certains contenus publié par les influenceuses lifestyle ou le Temps.

À gauche, les Vert·e·s ont témoigné d’un réel enthousiasme vis-à-vis de ce projet. « Facebook c’est contrôlé par Mark Zuckerberg, qui est lui-même de mèche avec Bill Gates pour diffuser de la propagande pro-vaccin et diffamer les médecines alternatives naturelles bio ! Je ne veux pas que notre jeunesse soit confrontée à cette désinformation scientifique ! », explique Michel Pommier-Bussard, agriculteur biodynamique et député écologiste du Jura bernois. « De plus, Facebook représente un gouffre énergétique considérable. C’est fou que les gens ne se rendent pas compte de l’impact du numérique sur le réchauffement climatique. J’ai d’ailleurs partagé une vidéo Youtube à ce sujet hier en story Instagram, je vous conseille d’aller la voir », ajoute-t-il.

Au final, seul le PS et la gauche alternative se sont opposées au texte. Pour les seconds, il n’y a pas vraiment d’arguments, c’est juste une question de principe de s’opposer à un texte de droite. Quant au PS, il juge le texte scandaleux. « Facebook est le seul endroit où nos Jeunesses socialistes ont le sentiment de remporter des victoires politiques ! Avec les claques qu’ils se prennent systématiquement à chaque votation sur leurs textes de bisounours, leur retirer cette plateforme, c’est signer l’arrêt de mort de leur motivation et leur engagement ! », s’indigne le chef de groupe.

Ce dernier indique qu’un référendum sera lancé. Mais la mesure a de fortes chances de passer en votations. En effet, selon les spécialistes, la plupart des personnes concernées, les 18-35 ans, seraient contre. Mais comme le taux de participation de cette tranche d’âge se résume en général à « deux-trois tondus par bled », le rapport de force final pourrait s’avérer déséquilibré.

La Rédaction.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code