Genève

Pierre Maudet : « Je ne commettrai pas les mêmes erreurs, j’en ferai des nouvelles »

A l’issu de son procès en appel, Pierre Maudet s’est exprimé sur son éventuel retour en politique. S’il affirme que son voyage à Genève n’est pas terminé, il assure qu’il est bien rentré de celui d’Abu Dhabi. 

« L’homme est né libre et partout il est suivi par des casseroles », c’est par ces mots inspirés de Jean-Jacques Rousseau que Pierre Maudet a conclu sa plaidoirie vendredi soir, juste avant de monter dans le train pour Fribourg où il donnait son one man show à une bande de Dzodzets crédules. L’ancien conseiller d’État faisait alors référence à sa situation, mais aussi aux nouvelles erreurs qu’il compte commettre en 2023, après qu’il aura été réélu au conseil d’État genevois et que l’annonce de son entrée en fonction aura provoqué le plus haut taux de démission simultané jamais connu dans les rangs des fonctionnaires de l’État, lesquels affirment, par le truchement de leur porte-parole, préférer le supplice de Tantale à cinq ans de collaboration avec l’ancien PLR. 

Et alors que son procès s’est conclu hier et que les magistrats mettront au moins deux longs mois pour prononcer la sentence dont la longueur et la platitude n’ont rien à envier à la Recherche du Temps Perdu de Marcel Proust, Pierre Maudet s’est dit enfin « libéré, délivré » d’un poids le gênant comme un sphincter contracté après deux litres de café. Interrogé sur son avenir, notamment sa volonté de poursuivre la carrière qu’il avait lancé très tôt avant même d’avoir appris à compter deux par deux et de savoir lacer ses chaussures, Pierrot, « El Deglingo », comme le surnomment les Espagnols, a déclaré : « Vous pouvez en être sûr, je ne commettrai pas les mêmes erreurs. En revanche, j’en commettrai des nouvelles car je suis comme vous, faillible, faible, ne pouvant résister à l’attrait d’un voyage en classe affaire, à une mallette remplie de petites coupures non-référencées »

Celui qui a bien plus de chances qu’Arnaud Montebourg de nous faire une remontada de conclure : « Il ne tient qu’à vous de trouver d’autres moyens pour me corrompre… Pour m’inciter à accepter de nouveaux avantages ou influencer mes décisions. En attendant, je me servirai moi-même avec assez de verve et ne permettrait pas que d’autres se servent à ma place ». Le ton est donné. 

La Rédaction. 

Illustration : “United Nations Day celebrations” by UN Geneva is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code