Politique

Pour tester son avis sur le réchauffement climatique, Nantermod demande l’ouverture d’une centrale à charbon

L’élu à la culture scientifique surdéveloppée entend ainsi démontrer que le climat « se remettra bien d’une petite fournée de CO2 supplémentaire ».

Philippe Nantermod en est persuadé, « le climat, tout comme la politique, c’est une affaire de point de vue. » Et selon le libéral-radical, il n’y a qu’à « constater que la planète va bien ». Il en veut notamment pour preuve qu’« en avril, n’en déplaise au climato-alarmistes du GIEC et aux ayatollahs du climat, il ne fallait toujours pas se découvrir d’un fil… ». « Ce qui montre bien que le réchauffement climatique est un mythe ! », tempête ce dernier. Sauf évènement exceptionnel donc – l’explosion d’un centrale nucléaire ou un tsunami historique sur le Lac de Genève, par exemple – le conseiller national entend faire ce qui lui plaît en matière de tri sélectif ou de dégustation de ses mojitos avec des pailles en carton, ce « d’autant plus qu’on est en mai ! », a-t-il déclaré. Mais tout de même, pour tester son hypothèse selon laquelle la planète se remet toujours, tôt ou tard, des pressions qu’on lui inflige, Philou vient tout juste de déposer une motion demandant au Conseil fédéral d’étudier la possibilité d’ouvrir une toute nouvelle centrale à charbon.

« Jusqu’en 2019, Alpiq, groupe avec lequel je n’ai aucun lien d’intérêt mais au sein duquel travaillent quelques amis en possédait deux en Tchécoslovaquie… Euuuuh, en République Tchèque ! » De marquer un temps avant de se réjouir d’avance : « or, si les salariés qui y travaillaient n’ont pas encore été virés, l’entreprise possède encore l’expertise nécessaire à en ouvrir une, voire plusieurs autres, sur le sol Suisse ! » ; partant, de prouver à tous les écolo-wokistes que la planète se remettra la même chose de cette petite fournée de CO2 supplémentaire.

Plus généralement, sa motion demande au Conseil fédéral d’étudier la question de « ne rien changer » en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Philippe demande également à ce que soient servis du caviar et des steaks de bœuf de Kobé à la cantine du Parlement. Mais ça, diront les médisants et les langues de vipères, ça n’a pas grand-chose à faire dans la motion… 

La Rédaction.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code