Islamo-gauchisme

Selon la Jeunesse Socialiste, le refus de l’initiative 99 n’est pas une défaite mais une « stratégie rétro-progressive d’échec à succès sur le long terme »

SUISSE – A moins d’être né de la dernière pluie ou de la non moins torrentielle fuite urinaire du grabataire Christoph Blocher, il n’aura échappé à personne – pas même à ceux pour qui les élections fédérales allemandes passent avant notre piètre politique intérieure – que nous, les Suisse-sse-s nous prononcions ce dimanche sur la possibilité de taxer – à défaut de les manger – les riches. 

Or, le riche se marie très bien avec le cassoulet – car lui aussi il fait péter, notamment les plombs, à force de répéter à qui mieux mieux l’adage selon lequel tout vient à point à qui sait lancer une start-up dans un garage pourvu qu’un papa, une maman, deux mamans ou deux papas puissent lui fournir un capital de départ. Le riche a du goût pour les belles choses, notamment les montres ; il se déguste aussi bien en soupe qu’en salmis, accompagné de jeunes carottes, d’oignons grelots et de quelques herbes de Provence*. Le riche, en revanche, n’est pas très « partageur », comme l’aura démontré le résultat de la votation. D’aucuns lui prêtent même une proximité avec ses sous sans nulle autre pareil que celle de Picsous avec sa piscine de pièces d’or. À le dire franchement, le riche est plutôt pingre. C’est un pisse-vinaigre. Selon lui, c’est parce qu’il a gagné ses sous à la sueur de son front ; selon les Jeunes Socialistes, c’est parce qu’il profite des rentes que lui fournissent toute une armée de travailleur-euse-s invisibles, dépendant-e-s et silencieux-ses. Une Jeunesse Socialiste qui, justement, s’est fendue de nombreuses déclarations publiques visant à minimiser la branlée qu’ils viennent de subir sur le terrain des urnes parmi lesquelles : « Non ce n’est pas une défaite, mais une stratégie rétro-progressive d’échec à succès sur le long terme » ou, citant un auteur japonais inconnu : « Qui perd aujourd’hui construit la potentialité différée de sa victoire », mais aussi : « Où est passée ma bière Prix Garantie ?! ».

Plus de redistribution ? Les Suisses-esse-s disent donc un grand « NON ». Peu importe que l’échelle sociale n’ait jamais été aussi fragmentée et que le technicien Schindler qui devait venir en réparer l’ascenseur ne se soit jamais pointé – paraît-il qu’il attend le bon de travail de la régie pour intervenir. De toute façon, l’échec n’est imputable qu’à toi. Et puis, on ne le répétera jamais assez : toi qui entres en Suisse, abandonne tout espoir de t’élever dans l’échelle sociale sauf si tu as 150 ans d’espérance de vie. Sinon, pour rigoler, tu pourras toujours compter sur les Jeunes Socialistes essayant de provoquer le destin, se prendre une raclée et affirmer que c’est quand même pas mal d’avoir essayé. 

La Rédaction. 

*Pour la recette complète, prière d’adresser vos doléances à contact@labiturne.ch

Photo : screenshot à partir de l’application Voteinfo (merci <3)

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code