Tennis

Selon le gouvernement australien, Novak Djokovic doit être traité « comme un vulgaire migrant dans l’attente d’un renvoi »

Novak Djokovic ne doit plus être traité que comme un « migrant lambda », a lancé le porte-parole du gouvernement en conférence de presse. À ce titre, il sera enfermé, comme tous les autres, dans un hôtel, en attendant d’y être lavé au jet, de passer une visite médicale et l’avion qui doit le ramener dans son pays. 

Néanmoins, il existe une toute petite chance que le joueur de tennis professionnel puisse concourir au prochain Open d’Australie qui doit se tenir du lundi 17 janvier au dimanche 30 janvier 2022. En effet, s’il parvient à accomplir une série de défis parmi lesquels réaliser plus de 1000 pompes en deux minutes, se peroxyder les cheveux à l’acide chlorhydrique sans en perdre aucun ou mettre au tapis un kangourou sauvage dans un combat de boxe retransmis en direct sur la principale chaine nationale, Novak Djokovic devrait être autorisé à perdre son premier match face à une tête de série beaucoup mieux préparée que lui.

Pour l’heure cependant, rien n’est encore sûr. Il y a quelques minutes, Novak est entré en méditation transcendantale pour tenir un conseil avec ses vingt-sept personnalités ; conseil au terme duquel l’un de ses profils devrait s’exprimer au parloir de l’établissement pénit-telier* dans lequel il est détenu actuellement. 

Notre Rédaction vous tiendra informée en temps réel du développement de cette histoire. 

La Rédaction.

*NDLR: Des hôtels-pénitenciers. Pour s’en faire une idée, penser à Champ-Dollon : hôtel cinq étoile avec restauration gastronomique et abonnement Netflix gratuit pour tous les prisonniers. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code