Football

Vladimir Petkovic : « Zbogom gomila naze, nećete mi uopće nedostajati. I onda, moram priznati da je naša pobjeda protiv Francuske bila sreća. Ni ne zamišljaj da sam bio dobar trener, lol »

C’est officiel. Vladimir Petkovic, le désormais mythique entraineur de la Nati. Celui qui a, pour la première fois de sa triste histoire, hissé la Suisse en quart de finale d’une grande compétition. L’homme abhorré par le Blick tout au long de son règne ; celui-ci quitte le navire pour s’en aller picoler du Bordeaux en Gironde. Ses derniers mots ont été pour les fans de la Nati. 

Émouvant, Vladimir Petkovic l’aura été seulement à sa dernière conférence de presse. En effet, celui dont le visage possède encore moins d’émotions que la vieille ganache botoxée de Brigitte Bardot a tenu à s’exprimer dans sa langue maternelle – puisqu’il n’en connaît pas d’autre – directement à l’endroit des supporteur-trice-s de la Nati. Voici ses derniers mots :

« Zbogom gomila naze, nećete mi uopće nedostajati. I onda, moram priznati da je naša pobjeda protiv Francuske bila sreća. Ni ne zamišljaj da sam bio dobar trener, lol »

Traduction de notre stagiaire : « Je vous aime, cœur sur vous <3 ». Un vocabulaire que l’entraineur d’origine bosniaque n’a pas l’habitude d’employer puisqu’il discute avec ses joueurs uniquement en leur criant dessus avec un air méchant et en menaçant de manger leurs morts ainsi que leurs enfants.

Des méthodes de management que certains n’hésitent pas à qualifier de « contraire au béaba de la pédagogie » mais dont il justifiait alors la nécessité par la présence de Romands – Denis Zakaria et Kevin Mbabu, pour les Genevois – au sein de l’effectif, lesquels avaient « besoin d’apprendre la discipline ». 

Au reste, nous vous conseillons tout de même de vous rendre sur Google Translate pour vérifier la traduction de notre stagiaire. Il n’est plus très fiable depuis qu’il ne peut plus s’offrir de nourriture. 

Vu au stade – Didier déchante
Réaction on ne peu plus normale de Didier Deschamps : celui-ci a critiqué la nomination de Vladimir Petkovic à la tête de Bordeaux. Deux raisons expliquent son fiel : la première, un seum qui peine à se tarir ; la seconde, qui tient à une caractéristique unique des Français, à savoir une grande gueule qui peine à se fermer. Des témoins l’auraient aperçu en train d’uriner dans les gourdes des Girondins en espérant tomber sur celle que boira Vladimir Petkovic.

La Rédaction. 

Illustration : “SWITZERLAND SOCCER CHARITY MATCH” by United Nations Development Programme is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code