Monde

« Yolo » : les Russes détaillent leur politique de sûreté nucléaire pour la centrale de Tchernobyl

Peut-on affirmer que l’on a vraiment vécu si l’on n’a pas connu au moins une fois dans sa vie le souffle dévastateur d’une explosion atomique ? 

La sécurisation russe des déchets nucléaires de l’ancienne centrale de Tchernobyl est sans nul doute à l’image de leur chaine d’approvisionnement logistique : dilettante. En effet, non content de nager – aux côtés de Michael Phelps – dans les piscines olympiques destinées au refroidissement des 20’000 barres d’uranium encore présentes sur le site, les soldats russes ont récemment détourné l’alimentation nécessaire à la réfrigération de ces dernières pour pouvoir brancher une Playstation sur les écrans de contrôle de la centrale nucléaire. 

« Il faut bien que nos soldats prennent du bon temps ! », lance le nouveau responsable du site. « Or, puisque les Ukrainiennes se sont mises d’accord pour ‘’ghoster’’ nos braves recrues sur Tinder, nous n’avons d’autre choix que de jouer à la Play[station] ! », fustige ce dernier. D’ajouter : « yolo ! », acronyme de « you only live once », à savoir une philosophie de vie hédoniste prônant la jouissance du moment présent et l’inconséquence.

« Les soldats russes sont totalement démoralisés et le commandement de l’armée leur a obtenu des milliers de Playstation afin qu’ils puissent se détendre, entre deux combats, sur Call of Duty Warzone », explique, sur place, notre stagiaire en CDD-reporter. « Je les comprends, moi aussi si j’étais Russe j’aimerais, à l’heure qu’il est, tuer du Russe pour ce qu’ils sont en train de faire subir à la population ukrainienne ! », ajoute ce dernier. 

Cela étant, les Russes expliquent que jamais la sécurité de la centrale n’a été et ne sera mise en cause : « des groupes électrogènes assurent le service minimum ! », rassure leur porte-parole. « Mais bon, vu le prix du gazole, ne comptez pas sur nous pour en faire le plein dès que les réservoirs seront vides ! », conclut-il. Voilà qui devrait inciter à revoir les tarifs à la baisse. 

La Rédaction.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code