Genève

Deux dentiers arrachés et trois prothèses de hanche démises après une rixe opposant des croyants devant la Cathédrale Saint-Pierre

Une échauffourée a éclaté samedi soir, au sortir de la messe catholique célébrée dans l’enceinte de la cathédrale Saint-Pierre, après qu’un bondieusard catholique a comparé la profession de la maman d’une autre dévot avec le prétendu gagne-pain de la maman du petit Jésus. Les forces de l’ordre ont dû intervenir. Plusieurs individus ont été blessés ; d’autres placés en garde-à-vue.

« Il ont utilisé des bancs, des lampadaires, des chaînes qui servent d’ordinaire à condamner la circulation des véhicules à moteur et même des panneaux de signalisation ! », s’étonne le chef de la police genevoise. « Je ne pensais pas que des personnes aussi âgées disposaient d’une telle imagination, mais surtout d’une telle vigueur ! », ajoute ce dernier.

Samedi soir, l’Église protestant de Genève a invité l’Église catholique romaine à célébrer une messe dans la sacro-sainte Cathédrale Saint-Pierre, temple, s’il en est, des « fidèles infidèles », selon des fidèles qui pensent être les vrais fidèles. Alors qu’il avait d’abord été envisagé d’en sceller les portes et d’y bouter le feu juste après que les catholiques romains se fussent installés à l’intérieur, le conseil de paroisse et son président Daniel Pilly étaient revenus au dernier moment sur cette décision. En effet, le comité avait estimé qu’il ne valait – à ne pas confondre avec le Valais, qui lui vaut sans doute la peine d’être incendié pour repartir sur de meilleures bases – pas la peine de détruire l’édifice pour quelques mille, mille cinq cents têtes ayant, pour la plupart, déjà un pied voire carrément la moitié du corps dans la tombe. « Le vent les emportera bien assez tôt ! », s’était écrié Daniel Pilly, sous-entendant qu’ils seraient bientôt réduits en cendres par la foudre du Divin.

Mais l’Église protestante doit aujourd’hui regretter de ne pas être passé à l’action… Eh oui, car samedi soir, sur le parvis de la Cathédrale, une petite centaine d’intégristes protestants s s’étaient rassemblés pour protester contre le « Grand Remplacement » momentané des fidèles usuels de leur dôme. La situation, tendue, ne pouvait manquer de dégénérer. Et elle dégénéra lorsqu’un calotin, dont on ignore pour l’heure l’identité, s’est fendu d’un très irrespectueux : « ta mère, elle faisait le même boulot que celle du petit Jésus ! » à l’endroit d’un autre cul-bénit, catholique, qui n’avait pas digéré son hostie. Ni une ni deux, le deux en vinrent aux mains, puis la foule s’en mêla. La suite de l’histoire est déjà connue de toutes et tous. Bilan, selon la police : deux dentiers arrachés et trois prothèses de hanche démises, tous bords confondus. Un mort également, dont le décès n’est pas à imputer à la rixe, mais à une pure coïncidence de timing. Paix à son âme.

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code