Monde

Ikea exige l’arrêt des combats en Ukraine contre la libération des Russes piégés dans ses magasins

Le géant jaune et bleu de la décoration d’intérieur est parvenu à « piéger » des centaines de milliers de Russes qui se sont précipités dans ses magasins à la veille de leur fermeture. Son pédégé Jesper Brodin a conditionné leur libération à la fin des hostilités contre l’Ukraine. 

C’était la ruée vers les serviettes bigarrées, hier, dans les magasins russes du géant jaune et bleu de la décoration d’intérieur. En effet, à l’instar de nombreuses grandes marques, Ikea a décidé de suspendre ses activités sur le sol russe. Cette annonce a provoqué le branle-bas de combat des Moscovites et des Pétersbourgeois, lesquels ont envahi les succursales du spécialiste des objets inutiles pour faire le plein de lits Askvoll et de commodes Tylko. 

Mais c’était sans compter la malice de l’organisation, qui avait demandé à ses employés de « compliquer » encore plus que d’ordinaire le parcours, déjà similaire à celui d’un combattant expérimenté, qu’effectuent les clients à travers le magasin. Objectif : les perdre, du moins les retenir le plus longtemps possible à l’intérieur, ceci afin « d’empêcher le Kremlin de les envoyer se battre en Ukraine », a déclaré Jesper Brodin, pédégé du groupe depuis 2017. D’ajouter : « c’est notre manière à nous de participer à l’effort de guerre ! Certains, comme les Allemands, envoient des lance-roquettes et des Stinger ! Nous, nous préférons la méthode douce. »

Le groupe suédois, qui ne souhaite pas s’attirer bêtement les foudres de Moscou, a néanmoins déclaré que « nul n’était captif » car il n’avait nullement condamné les issues de ses magasins. À l’heure actuelle, une petite centaine de client·e·s seraient ainsi parvenu·e·s à retrouver le chemin de la sortie. « Nous pourrions décider de leur venir en aide », a ajouté le porte-parole de l’organisation, « mais pour cela, il faut que vous vous retiriez d’Ukraine ! », a-t-il adressé, dans un communiqué, au ministère russe de l’Intérieur.

Selon nos informations, le Kremlin envisagerait d’abord une mission de sauvetage de ses citoyen·ne·s actuellement coincé·e·s dans les magasins Ikea. « On ignore ce qu’ils nous ont préparé ! », commente le responsable d’intervention. « Peut-être qu’ils ont prévus le coup et installé des pièges ! », ajoute celui-ci. Il serait en effet fort regrettable qu’un crayon Ikea bien taillé se plante dans la jugulaire d’un soldat d’intervention inattentif…  

La Rédaction.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code