Santé

La Droite veut que l’avortement demeure un « plaisir coupable »

Tout comme le carré de chocolat à la sortie du repas, l’avortement doit demeurer un « plaisir coupable », selon les partis bourgeois. Ces derniers préconisent la création d’un forfait annuel donnant droit à un nombre d’avortements limités à trois par année… Et à des avantages – réductions fiscales, bons de réduction, etc. – lorsque ces chances ne sont pas utilisées. 

À l’instar du petit carré de chocolat que d’aucuns s’autorisent à la sortie du repas lorsqu’ils ne sont pas trop ballonnés par la pizza Buitoni qu’ils viennent d’ingurgiter, l’avortement serait un « plaisir coupable » ! C’est en tout cas ce qu’entendent Yvette Estermann (UDC/LU) et Andrea Geissbühler (UDC/BE), lesquelles affirment qu’il faut le traiter en conséquence afin d’en conserver « l’attrait et la joie ». 

Partant, les deux militantes UDC considèrent qu’autant la consommation de chocolat que la pratique de l’avortement, fût-elle réalisée à l’hôpital, par des spécialistes, ou de manière clandestine dans une cave aux néons fatigués, doivent être limitées. Car « de même qu’il ne faut jamais laisser trainer une plaque de chocolat lorsque l’on possède un chien, de même, il est de mauvais goût de laisser trainer un fœtus quand on peut, en lieu et place de ce dernier, offrir à Médor de quoi se sustenter durant des semaines alors que l’on est parti en vacances avec les sous des allocations familiales ! », explique Geissbühler. 

Dans cette optique, mais aussi afin de préserver la liberté sexuelle de leurs concitoyennes qu’elles affirment cependant « ne pas comprendre » puisqu’elles-mêmes n’avaient jamais pratiqué le sexe avant d’être mariées – et depuis lors, toujours en missionnaire ; la variation des plaisirs étant une hérésie condamnable et condamnée par Dieu le Père, qui se tripote mais n’aime pas voir les autres ce faire – Yvette et Andrea proposent de créer une « forfait » donnant droit à trois opportunités d’avorter par année. 

Conçu comme un « mécanisme incitatif », celui-ci doit conférer des « avantages » fonction de l’utilisation des trois chances d’avorter – ndlr : réductions fiscales, tickets restaurants ; bons de réduction avec les magasins partenaires de l’opération, etc. Mais ce n’est pas tout ! En effet, « celles qui, au terme de leur vie, auront réussi à ne jamais user d’aucune chance d’avorter bénéficieront, pour elle et pour tous leurs descendants sur trois générations, d’un super abonnement à vie à la WeltWoche* ! », précise Andrea. 

Ça c’est ce qu’on appelle avoir compris les principales préoccupations de ses concitoyennes !

La Rédaction. 

*Pour les Romandes, un abonnement à vie à Watson**
**Ouais bon, c’est gratos… 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code