Genève

La ludothèque du Petit-Saconnex organisera une soirée en « mixité-choisie » destinée aux « hommes fragiles choqués par les séances d’informations sur le climat »

Nouveau coup de tonnerre – ou bien simple coup de pub’ ? – dans la stupéfiante histoire de la ludothèque du Petit-Saconnex qui, est-il seulement besoin de le rappeler, avait déjà défrayé la chronique à la fin du mois de janvier avec l’annonce, puis l’annulation, d’une soirée – Dieu, quelle horreur ! – sans hommes… Or, la salle de jeu réitère ses provocations avec l’organisation d’une nouvelle soirée en « mixité-choisie » destinée cette fois-ci aux « hommes fragiles choqués par les séances d’information sur le climat et/ou les photos des responsables réseaux sociaux de la RTS ». 

Sans surprise, le conseiller national valaisan et membre du parti libéral-radical Philippe Nantermod a été parmi les premiers à annoncer qu’il y participerait. « Je ne pouvais pas rater un tel évènement ! », commente celui qui a promis d’y réciter une messe en rappelant la fable néo-libérale dans laquelle il se complaît avec les nombreux spécialistes et docteurs ès ultracrépidarianismes qui font partie de ses ouailles ou de ses amis proches. 

La ludothèque compte notamment sur cet évènement pour renflouer une partie de ses caisses. En effet, seuls des individus au revenu au moins deux fois supérieur au salaire médian – 6502 CHF, en 2021 – pourront participer à la soirée dont le prix d’entrée est fixé à un « rein de pauvre » prélevé illégalement sur un sans domicile fixe ou une personne « visiblement précaire » qui n’en a « vraisemblablement plus pour très longtemps ». Aussi, les organisateurs s’attendent notamment à la venue de Christian Lüscher – pour lequel une place de scooter a d’ores et déjà été privatisée ; celle-ci étant gardé, jusqu’à l’heure de l’évènement, nuit et jour, par une société de sécurité – mais aussi à la présence de l’honorable conseiller national actuellement en grande vadrouille en Ukraine, Yves Nidegger. « En espérant qu’un missile subsonique ne le frappe pas inopinément alors qu’il dort !… Ou qu’il n’y soit pas empoisonné ! », a commenté l’organisatrice de la soirée à son sujet. Cette dernière de conclure : « oui, ce serait dommage que nous ne puissions pas nous en charger nous-mêmes ! »

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code