motion photography of man riding road bike
Economie

Smood : « nous n’avons pas intimidé nos livreurs, nous leur avons conseillé de faire le bon choix »

Accusée d’intimidations sur des livreurs, l’entreprise de livraisons déclare leur avoir simplement conseillé de faire le bon choix, ce dernier étant aligné sur les intérêts de la plateforme.  

Personne ne s’évade fiscalement, tout le monde optimiste. Macron ne connaît pas l’échec, mais simplement des trucs qui n’ont pas fonctionné. De même, l’intimidation pratiquée par Smood n’en est pas, car la plateforme de livraison n’a fait que distiller des conseils concernant les meilleurs choix à faire et les meilleurs comportements à adopter vis-à-vis d’elle, ni plus ni moins. C’est en tout cas ce qu’on m’a – moi le stagiaire qui rédige cet articulet de mon plein gré cependant que notre Réac’teur en chef est en train de boire un verre avec le patron de Smood, lequel a son Glock pointé dans ma direction – dit d’écrire si je ne voulais pas retrouver mes enfants les pieds coulés dans un bloc de ciment au milieu du Rhône. 

Cela étant, j’écris des trucs positifs sur Smood. Sur le fait que Migros, actionnaire majoritairement minoritaire de la plateforme est une organisation magnifique, resplendissante, incroyable et qu’elle fait réellement tout ce qui est en son pouvoir pour améliorer les conditions de travail des « choses » de sa filiale. Que le géant orange ne peut pas faire plus que décrocher la lune pour son personnel, ce qu’il fait déjà, de fait, en lui offrant un emploi ; au demeurant un luxe dans un monde saturé de travailleurs qui demandent de bosser toujours moins pour gagner plus alors qu’il est connu comme le loup blanc que le meilleur moyen de faire tourner une boîte est de faire plus avec moins !

Du reste, on m’a aussi fait miroiter une promotion au sein de la Rédaction si je complimentais les amis du Réac’teur en chef. Dont acte : Ronald Zacharias est un génie de l’immobilier ! Sa mansuétude pour les locataires – qui ne méritent pas tant d’égards – n’a d’égal que la bonté du monarque éclairé qui distribue les restes de ses somptueuses agapes en période de famine. Blatter est au football ce que l’Abbé Pierre est à l’assistance aux plus démunis : un pape. Quant à tous ceux dont j’oublie les noms, rassurez-vous, votre éloge viendra.

(Le Stagiaire de) La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*