Genève

Terreur à Cologny – Le propriétaire d’une Renault Clio stationnée en double file énerve et se fait molester par des habitants

A fleur de peau, des Colognotes excédés par la non ouverture des Voiles le week-end dernier ont passé leurs nerfs sur le propriétaire d’une Renault Clio qui s’était stationné en double file pour aller acheter son pain. Indemne, mais état de choc, l’homme raconte. 

« Pas de ça chez nous ! », « dehors ! », « ouste ! », aurait-on pu entendre, mercredi dernier, si tant est que l’on se fût baladé près de la boulangerie Taillé, à Cologny, au moment du drame. En effet, là-bas, des habitants sur les nerfs, après que les Voiles ont été empêché d’ouvrir le week-end dernier, ont vilipendé et agressé le propriétaire d’une Renault Clio qui, sur le chemin de son domicile en France voisine, s’était stationné en double file le temps d’aller acheter son pain chez l’artisan. 

« Quand je suis descendu de la voiture, une vieille bonne femme me regardait d’un œil torve », raconte l’individu qui, par peur de représailles, préfère rester anonyme. « Alors je me suis dit que c’était parce que j’étais parqué en double file et qu’elle devait passer la quasi intégralité de son temps, depuis sa retraite, à épier les incivilités de ses concitoyens ! », ajoute ce dernier. « Je suis passé outre et je me suis enfilé dans la boulangerie. Du reste, je n’en avais que pour un instant. Je crois avoir mis 30 secondes à acheter ma baguette et à ressortir de la boulangerie… Mais c’est alors que je l’ai aperçue en train de rayer ma Clio ! Or, le temps d’arriver à la voiture, la vieille avait déjà filé à tire d’aile appuyée sur le guidon de son déambulateur ! », poursuit l’homme. « Au même moment, une foule plutôt homogène composée d’hommes blancs de plus de cinquante ans en costumes noirs et de vieilles bourgeoises en manteaux de fourrure s’est constituée autour de moi, m’empêchant d’aller demander des comptes à la vieille ! », décrit le propriétaire de la Clio au bord des larmes. 

Ce dernier rapporte ensuite comment il a été molesté à coup de cannes et de hauts-de-forme mais également étranglé à l’aide de colliers de perles. « Ça n’a duré que quelques instants, mais j’en garderai sans doutes des séquelles psychologiques toute ma vie ! », dit-il. « Heureusement qu’ils passent plus de temps à jouer au golf qu’à pousser de la fonte ! Dans le cas contraire, je n’aurais pas donné très cher de ma peau ! », conclut-il.

Peu après son aventure, l’homme s’est rendu au poste de police avec la Clio dont ses agresseurs avaient pris soin de crever les pneus. Là, les agents ont totalement minimisé son agression. « C’est bien simple, ils ne voulaient pas croire qu’une bande de riche fût capable de commettre un tel délit ! » Et pourtant, le secret des grandes fortunes est un crime oublié, parce qu’il a été proprement fait. 

La Rédaction. 

illustration : “1991 Renault Clio RL” by charles cars is licensed under CC BY 2.0

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code