Culture

Après le hockey, Léman Bleu s’empare de l’exclusivité des droits de diffusion de l’Eurovision

Sous le coup de ce nouveau revers, Massimo Lorenzi a d’ores et déjà déclaré qu’une offre alternative de cor des Alpes serait proposé en même temps que la diffusion de l’édition 2023. 

Cheh. C’est le mot. En effet, après avoir renoncé à acquérir les droits de diffusion de la Swiss Hockey League, la RTS essuie un nouveau revers, et non des moindres : la perte l’Eurovision. Lequel concours musical réjouit cependant chaque année plusieurs centaines de milliers de Suisses se gaussant à cœur joie de la totale absence de chance de l’emporter du ou de la candidat·e helvétique. 

C’est Léman Bleu qui, après avoir raflé la mise côté hockey sur glace, réitère et rafle également la totalité des droits de diffusion de l’évènement musical de l’année. Répétition qui n’a pas manqué d’exaspérer Massimo Lorenzi, lequel s’est empressé de tweeter que la RTS faisait de son mieux pour proposer une offre musicale diverse et variée ; qu’il ne fallait pas donner la primauté à l’Eurovision – parce que, de toute façon, n’étant pas un pays en guerre, la Suisse n’a aucune chance de le gagner – sur le yodel  ; que l’inflation des droits télévisuels ne permettait pas à la chaine de rivaliser avec les milliards de Léman Bleu ; enfin, que la RTS proposerait du cor des Alpes, au moment de l’édition 2023. Voilà ce qui arrive quand on diminue la redevance. 

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code