Politique

Au PLR genevois, les militants sommés de remplacer le nom de Pierre Maudet par Vous-Savez-Qui

Le parti prévoit aussi de redresser l’économie en utilisant la célèbre formule magique « Wingardium Leviosa ».

Il était une fois la formidable épopée d’un prodige dont on ne doit désormais plus prononcer le nom. Fondateur du parlement des jeunes, conseiller administratif à un âge où la plupart des individus lambda se questionnent encore sur la meilleure manière de troquer leur force de travail contre un emploi plus ou moins mal rémunéré, et puis, conseiller d’État, cinq ans plus tard, à la suite d’un tour de passe-passe où il n’aura lui-même pas été étranger au croc-en-jambe réalisé envers de son prédécesseur, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Plus-Prononcer-Le-Nom hante en effet les édiles comme les simples militants du parti-libéral radical genevois. 

À juste titre, l’assemblée du PLR réunie hier soir à huis clos a donc invité d’emblée les membres du parti à ne plus appeler le Seigneur des Ténèbres par son nom. « Sait-on jamais », a prononcé l’un des chefs du parti avant d’enchainer : « Au cas où Vous-Savez-Qui aurait planqué quelques microphones dans nos locaux ou incrustés quelques puces indétectables dans nos costumes trois-pièces ! ». 

Au sein du PLR, deux groupes distincts se seraient ainsi formés qui adoptent tous deux des attitudes antithétiques vis-à-vis de Qui-Vous-Savez. Le premier, complètement retourné et désemparé suite à son départ et au foutoir qu’il a laissé, serait très nettement en faveur de la mesure. Ceux-ci ressentiraient en effet des frissons et leur sang se glacerait immédiatement à la seule évocation du prénom « Pierre ». Pour la petite histoire, plusieurs d’entre eux ont versé des larmes lorsque, l’autre jour, une mère interpellait Emmanuel Macron en visite dans une cité française et lui affirmait que son gamin n’avait jamais entendu parler du prénom « Pierre » que dans les livres. L’autre groupe, composé de personnes plus fortes psychologiquement, serait d’ores et déjà passé à autre chose en l’objet d’un projet de délibération visant à interdire tout nouveau-né de porter un tel prénom. 

En pleine discussion sur la magie, les militants auraient, pour conclure, prévus de redresser l’économie d’une manière tout aussi miraculeuse : à l’aide de la formule « Wingardium Leviosa », laquelle, dans la saga Harry Potter, a sauvé plus d’une fois les miches du héros éponyme. 

Quelle que soit la suite, Celui-Dont-Le-Nom-Ne-Doit-Désormais-Plus-Être-Prononcé, pourra se targuer d’avoir laissé une trace quasiment indélébile dans les esprits de tout un club.

La Rédaction.  

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code