Genève

Chloé Frammery sera entendue par le DIP au sujet de l’insoluble problème de la baignoire qui fuit

Trois générations de profs et d’élèves pour un casse-tête qui demeure intact. Personne n’avait imaginé, à la mort du mathématicien Georges Baignoire, que son problème resterait à jamais celui d’un siècle. 

Depuis que toutes les potentielles solutions ont été épuisées, raconte le DIP, nous envisagions, en désespoir de cause, de questionner les complotistes au sein de notre département. En effet, Georges Baignoire, l’inventeur du tristement célèbre problème de la baignoire qui fuit, n’a pas laissé le moindre indice concernant la manière de boucher les quarante-trois trous de diamètres différents qui parsèment la faïence du vétuste contenant. 

« Il faut arrêter de se moquer des élèves », déclarait il y a peu le DIP, « et ce problème de la baignoire qui fuit, ça fait au moins trente ans qu’il existe et que personne n’arrive à la résoudre ! Nous voulons des explications, dussions-nous envisager des solutions complotistes ! ». 

Or, le Département de l’Instruction Publique a perdu patience la semaine dernière et a décidé de convoquer la tête blonde, tête à claques et tête de gondole de la sphère crypto-complo-mathématicienne genevoise, nommément Chloé Frammery, afin que cette dernière lui soumette sa solution. Celle dont on sait qu’elle ingère désormais des smoothies kiwi-lait d’amende-bananes sans une goutte de caféine le matin, pourrait en effet offrir son expertise ultracrépidarienne afin de clore un problème désormais légendaire qui effraie profs de maths ordinaires comme élèves, le jour de leurs semestrielles. 

Le porte-parole du DIP de conclure : « C’est vraiment notre dernier recours. Comme on a déjà essayé toutes les solutions rationnelles et même fait appel à des professeurs de renom, on s’en remet désormais au sachoir de Chloé ! ». 

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code