Genève

Droite et gauche s’accordent finalement autour d’un projet innovant de traversée de la rade arc-en-ciel

Attendue depuis 1896, la traversée de la rade pourrait bien être réalisée d’ici peu… Droite et gauche sont finalement arrivés à une solution qui satisferait tous les egos. 

De l’eau a coulé sous le Pont du Mont-Blanc depuis le tout premier projet de traversée de la rade élaboré en 1896 par Albert Trachsel et son équipe d’ingénieurs va-nu-pieds – les « premiers bobos », raconte François Ruchon dans son Histoire politique de la République de Genève. 

En effet, rêvé par les élites politiques de la droite qui s’imaginent déjà le franchir à toute allure – c’est-à-dire 30 km/h, après que Frédérique Perler a généralisé en la zone éponyme pour protéger les poissons et les algues du bruit routier – ; honni par celles de gauche pour des raisons sans doute liées à leur jalousie vis-à-vis des Porsche possédées par les premiers, le projet de traversée de la rade, au point mort depuis des années, est en passe d’être ravivé par une idée révolutionnaire : la création d’un gigantesque « pont arc-en-ciel ».

Image de synthèse de la « route arc-en-ciel », vue depuis le jet d’eau.

« C’est en regardant jouer mon fils à la console que j’ai eu l’idée ! », témoigne anonymement un député du parti libéral-radical. « Il jouait à Mario Kart, précisément sur la route arc-en-ciel. Je le regardais, comme ça, en train de tomber et d’être repêché par la petite tortue qui le redéposait sans cesse au même endroit. Alors je me suis fait la réflexion : est-ce que Nintendo est de mèche avec le lobby LGBTQI+ ? Non parce que ça sentait mauvais cette histoire d’arc-en-ciel ; les types de chez Mario, je ne suis pas sûr qu’ils soient très nets ! Bref, je pensais à ça et c’est d’un seul coup que l’idée m’est venue : les Vert·e·s, les Socialistes, les Ensembleàgauchistes, c’est tous des fans du drapeau arc-en-ciel ! » D’ajouter, après avoir repris son souffle : « J’ai passé quelques coups de fil et, en une vingtaine de minutes, j’avais les accords de principe de la quasi-unanimité des politiciens genevois ! Il faut quand même dire qu’avec Christian [ndlr : Lüscher] ça a coincé un peu… Il voulait des places de scooter au milieu du pont ! N’allez pas me demander pourquoi, mais j’ai dit oui, par principe, parce que c’est un ami. »

Côté ingénierie civile, cette route arc-en-ciel traversant la rade n’est « techniquement pas impossible à construire », déclare l’Ingénieur cantonal. « Je peux vous le faire comme vous voulez ce pont », ajoute-t-il, « suspendu, à haubans, en arc, à poutres… Je peux même vous faire un pont-levis, un triple pontage coronarien et un Pontarlier si vous voulez ! » 

Situé entre la plage du Vengeron et le jardin d’un milliardaire que l’État doit encore exproprier, le pont devrait être d’une largeur jamais égalée dans l’histoire de la Suisse. En outre, il devrait comprendre sept voies routières dans chacun des deux sens : une pour le Léman Express, une pour les trams, une pour les voitures, une pour les vélos, une autre pour les trottinettes électriques, une pour les piétons, une pour les mulots et une dernière pour les poissons, afin que ces derniers puissent circuler librement accompagnés dans leurs enfants et/ou de leurs proches. 

En somme, un projet pharaonique qui promet de créer de nombreux emplois rémunérés au salaire minimum ainsi que bon nombre de nouvelles entreprises spoliée par le droit du timbre. Un projet dont Pierre Maudet promet, au reste, d’ores et déjà de s’attribuer l’idée juste après avoir été réélu au premier tour lors du scrutin d’accession au trône de fer Conseil d’État, en 2023. 

La Rédaction. 

(Merci au généreux donateur anonyme de l’illustration, qui se reconnaitra <3)

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code