Genève

Il écope d’une amende de 500.– pour “dégustation illicite de pizza hawaïenne sur voie publique”. Récit.

Ce jeune bobo écologiste mais pas végane est à la fois un passionné de fruits exotiques et de viande locale préparée avec soin dans les abattoirs de la région. Depuis tout petit, ses parents lui administrent régulièrement par intraveineuse des doses de mandarines, d’oranges ou encore de fruits de la passion. De même, ses parents l’ont depuis l’âge de deux ans initié à la décapitation sans anesthésie des agneaux en circuits courts.

Notre jeune hippie fut donc rompu aux us et coutumes concernant les deux milieux essentiels de la nutrition: celui de la vitamine et celui de la protéine. Il allait donc de soi qu’il aimerait de tout son coeur et de toute son affection les pizzas hawaïennes, ce qui fut effectivement le cas…

Durant les vingt années qui suivirent, il ne se priva donc point d’en manger à profusion ; d’autant que la fin du monde par la faim dans le monde l’inquiétait ! Si une telle chose se passait, comment allait-il se procurer des ananas ?! Il réussit cependant à survivre dans la crainte perpétuelle d’une pénurie de matières premières en même temps qu’il surpassait bien d’autres difficultés liées à son amour pour la pizza à l’ananas.

En effet, chacun de ses rendez-vous Tinder au restaurant se concluait par: “je suis désolée, mais je ne peux pas… C’est trop pour moi”. De même, lorsqu’ils apprirent qu’il était féru de pizza hawaïenne, notre jeune bobo fit fuir ses amis. Il n’en retrouva jamais de nouveaux… Toute sa vie jusqu’à cet instant fut parsemée d’épreuves liées à son plus grand amour qu’il surpassa non sans peine mais toujours avec la même fierté que lorsqu’on touche des pots de vins émiratis ou qu’on oublie de remplir sa fiche d’imposition.

Vendredi, son amour inconditionnel pour la pizza lui joua un dernier tour qui fait l’objet de notre rubrique. Accompagné comme d’ordinaire de son éternelle tranche de pizza ananas, notre jeune bobo s’apprête à la dévorer consciencieusement, s’étant pour cela transporté jusqu’au bords des rives du Rhône, à un endroit qui reste inconnu entre Bel-Air et le Pont de Sous-Terre. C’est alors qu’une horde de condés armés de bulletins de contravention lui tombe dessus. Les autorités ont interdit momentanément la dégustation de ce genre d’aliments de catégorie A qui contreviennent au règlement 46b de la littérature platonicienne sur les nyctalopes mangeurs de pizzas. Le verdict est sévère mais juste : 500.– d’amende et l’inscription de son identité sur la liste noir des mangeurs de pizzas hawaïennes.

Pour notre jeune bobo, ce coup porté à son intimité entre lui-même et sa tranche de pizza est le coup de trop. Ni une ni deux, il se jette par-dessus la rambarde de sécurité et abandonne la tranche de pizza à la maréchaussée qui lui saute dessus et tente de la menotter en vain car elle parvient à s’enfuir et leur tirant des doigts d’honneur.

A l’heure actuelle, aucune information n’a été recueillie au sujet d’un corps rempli de jambon et d’ananas qui flotterait à la surface de la rivière – seulement un corps rempli d’eau a été retrouvé. Nos pensées vont à sa famille et à ses anciens amis qui l’ont connu avant qu’il ne deviennent un fan de pizza ananas.

La rédaction.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*