Monde

La France envoie Jean Lassalle en Ukraine pour embrouiller les soldats russes

Le candidat français à la présidentielle et défenseur de la ruralité a été envoyé en Ukraine pour mener une opération spéciale contre les soldats russes. En effet, on estime que l’inintelligibilité de ses propos pourrait entrainer de violentes migraines voire la mort, si l’on y est exposé trop longtemps.

C’est un Jean Lassalle plein de vigueur et d’entrain que l’on retrouve sur la terrasse de son autocar, qu’il a emprunté au PSG, lequel n’en a plus besoin puisque, battu par le Real Madrid, il n’aura pas l’occasion de défiler dans les rues de Paris avec le trophée de la Ligue des Champions. 

Jean Lassalle a en effet été spécialement missionné par les services secrets français pour mener une opération d’infiltration, de désinformation et de déstabilisation au sein même des troupes russes afin de ralentir leur progression en Ukraine. En pratique, la mission est aussi simple que bonjour. Jean Lassalle devra simplement… Parler. Eh oui, car le député français né à Lourdios-Ichère en 1955 serait doté d’un atavisme langagier qui n’était plus réapparu depuis le siècle dernier, à savoir le don de « rendre confus » ceux qui l’écoutent – et même ceux qui ne l’écoutent pas, cela dit – ceci peu importe que l’on comprenne la langue dans laquelle il s’exprime, puisque – et c’est peut-être là que se situe sa magie – on ne comprend justement pas la langue dans laquelle il s’exprime.

Mieux, selon les experts du MIT, une écoute prolongée de Jean Lassalle pourrait causer des crises de fou rire prodromiques confinant directement à la folie ou, pire, à la mort. « Nous vous envoyons notre meilleure arme, après la bombe nucléaire », se permet ainsi de déclarer le GIGN à l’endroit du président Volodymyr Zelenskyy. « Ceci pour que vous compreniez qu’on ne vous laisse pas tomber ! », ajoute leur porte-parole.

Jean Lassalle est parti dans l’après-midi et devrait arriver en Ukraine d’ici un à deux jours. Il emporte avec lui plusieurs milliers de casques antibruit. « Il ne s’agirait pas d’éliminer aussi les soldats de l’armée ukrainienne ! », s’amuse un général de l’armée française.

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code