Genève

La Gauche souhaite interdire les mocassins de fils à papa et le port du pull sur les épaules

Puisque de gros réacs’ de droite souhaitent non seulement apprendre à nos élèves comment calculer le volume de l’alopécie d’Admir Mehmedi mais aussi comment s’habiller correctement pour ne pas choquer le regard libidineux de leurs enseignants, il est urgent de leur apprendre en retour qu’il n’est pas plus utile de se réchauffer avec un pull sur les épaules.

Tous les étés que Dieu, ce grand mécène qui adore se la toucher alors qu’un quart, voire plus, de la population mondiale vit dans des conditions que même un détenu de Champ-Dollon trouverait peu enviables, tous les étés, disions-nous, que Dieu veut bien nous permettre d’exister. Tous les étés, c’est la même chose. Une horde de fils à papa issus des Collèges du Léman, Florimont ou de l’école Moser, shorts roses et chemises bleu turquoise s’affublent, comme pour surajouter au manque de goût vestimentaire qui les frappe de génération en génération, de pulls sur les épaules et/ou de mocassins à glands, selon que papa a eu la bonne idée de faire une descente, Rue du Rhône, avec fiston, pour lui offrir sa première paire. 

C’est alors que commence la descente aux enfers, plus communément appelées « Les Voiles », à Genève, où la plupart des nantis se retrouvent dès le lundi soir pour écluser des Spritz, finir totalement khapta et passer leurs nerfs, le lendemain matin, sur des employés bien trop grassement payés eu égards au temps qu’ils passent à se moquer de leurs patrons dénotant des effluves de prosecco

Or, la Gauche, ainsi que tous les jaloux qui n’ont pas eu la chance de naître de bonne famille, de s’en prendre à plus méritants qu’eux en voulant interdire le port de ces deux objets à l’aide d’une motion qui sera déposée au prochain Grand Conseil. Cette dernière appuie son argumentation sur une étude de l’Université de Copenhague, laquelle a démontré que la présence d’un pull en cachemire, ou de quelque matière qu’il soit, sur les épaules d’un individu avec une coupe de riche – voir à cet effet la page Facebook “cheveux de riches” ou la photo de Jean-Christophe Cambadelis en illustration – ne retiendrait pas plus, et carrément même moins, la chaleur que le fait d’enfiler le chandail susdit de la manière dont il est coutume d’enfiler un pullover. Même constat pour les mocassins à glands qui, si vous n’avez pas d’ores et déjà une tête pareille au fruit représenté sur le devant de la chaussure, rappelleront au bon souvenir de votre interlocuteur que vous en êtes un. 

La Rédaction. 

Illustration : “Jean-Cristophe Cambadelis qui porte parfaitement le pull autour du cou” by Webstern Socialiste is licensed under CC BY-NC-SA 2.0

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code