Monde

La Ville de Genève va financer le terrorisme, juste pour le fun

La Ville de Genève poursuit son combat contre la démocratie, la liberté, la réussite, l’entrepreneuriat, le succès, le mérite, le **vocabulaire d’école de commerce**. Dès la rentrée, elle financera le terrorisme international, pour « le fun », entre autres.  

Une centaine d’armes légères et deux ou trois canons, sans oublier des casques et des gilets pare-balles. C’est, en substance, ce que va financer la Ville de Genève dont le conseil municipal vient de se prononcer en faveur d’une motion intitulée « Pour le soutien du terrorisme international ». Le texte s’inscrit dans le prolongement du soutien accordé à la campagne du groupuscule socialo-marxiste Extinction Rebellion. Lequel expose en ce moment, dans la Ville, une centaine d’affiches financées par l’argent sale, la drogue, la prostitution, le commerce d’enfant et les pots-de-vin touchés par le conseil administratif. 

Le but de la manœuvre intitulée « Tout cramer pour repartir sur des bases saines », hormis le « fun », est, comme son nom l’indique, de foutre en l’air le mode de production capitaliste pour recréer un monde où les bourgeois et autres aristocrates décadents n’auraient pas investi l’ensemble des sphères de pouvoir – droit, finance, politique, etc. – en oubliant de surcroît que leurs intérêts personnels ne se confondent jamais qu’avec… Leurs intérêts personnels et non pas avec celui de l’ensemble des citoyens. 

Comme c’était à prévoir, le projet a suscité une levée de bouclier générale dans les rangs des partis bourgeois présents sur les bancs du conseil municipal de la Ville. Chacun y est d’ailleurs allé de sa petite phrase assassine : « Wokistes ! », a ainsi décrié Jean-Cul von Arc (Le Centre). « Socialopes ! », doublait alors Peter Cockhard (PLR). « Gauchiasses ! », triplait Didier Panthère, de l’UDC – le reste des invectives dirigées à l’endroit de la majorité de gauche favorable au projet n’étant pas publiable dans un honnête canard comme le nôtre. 

Au reste, dans la foulée de ce projet, la Ville proposera un espace de discussions appelé « Comité de salut public » visant à déterminer le meilleur moyen de se débarrasser de la classe dominante. Citadins comme Montagnards y seront évidemment les bienvenus. Enfin, surtout les seconds…

La Rédaction. 

Illustration : “File:Ansar Dine Tombouctou.JPG” by Magharebia is licensed under CC BY 2.0.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code