Société

Le CERN découvre des vestiges d’intelligence chez les amoureux du solutionnisme technologique

Réactivé hier après plus de trois ans d’arrêt, le Grand collisionneur de hadrons du CERN a fait une découverte insolite : oui, les gens qui pensent que la technologie est le meilleur moyen pour sauver l’humanité du réchauffement climatique ont probablement été, il y a des millions d’années, intelligents.

Le CERN prouve une fois de plus qu’il est la pointe de la recherche de l’infiniment petit. En effet, une équipe du centre européen de recherche nucléaire a identifié, hier, la présence de « restes de neurones » dans le crâne de ceux qui pensent que la voiture électrique et les centrales nucléaires à fusion sont les meilleures options pour sortir des énergies fossiles et, ce faisant, combattre le réchauffement climatique.

« Nous faisions une expérience de routine avec le collisionneur de hadrons quand nous nous sommes rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond », explique Philippe, un scientifique présent sur les lieux lors de la découverte. « Tout allait bien. Les particules s’entrechoquaient et nous nous buvions une bière en attendant de voir si notre expérience allait engloutir la planète dans un trou noir… Quand soudain, le collisionneur a mis en évidence la présence de cellules grises chez mon collègue Hervé, lequel croit dur comme fer que la solution au réchauffement réside dans le développement des centrales à fusion et dans la voiture électrique ! »

Par précaution, l’expérience a alors été immédiatement interrompue puis relancée après que l’on a redémarré le collisionneur. « Mais au deuxième comme au cinquantième essai, la machine indiquait toujours que Hervé possédait jadis des cellules grises ! » S’il a, dans un premier temps, été envisagé de démolir le collisionneur de hadrons – visiblement défectueux – une lobotomie de Hervé a, dans un second temps, démontré que ce dernier possédait bel et bien des « vestiges d’intelligence ». « On n’en croyait pas nos yeux ! », commente Philippe, « mais on a dû se faire une évidence : un jour, Hervé avait été normal ! »

Que s’est-il passé entre le moment où les solutionnistes technologiques ont été « intelligents » et le moment où ils sont devenus complètement « teubés » ? « Nous avons bien des pistes », expliquent les chercheurs du CERN. « Le dénominateur commun de ces gens-là est d’avoir fréquenté des écoles de commerce et/ou des facultés de droit », ajoutent ces derniers. « Toutefois, aucun modèle n’est pour l’heure en mesure d’expliquer le mécanisme qui conduit ces gens-là à la débilité », concluent-ils. À l’instar des voies du Seigneur, il y a des choses qui doivent rester impénétrables, sans doute… 

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*