Genève

Le premier Flixtrain est arrivé en gare de Genève !

Le premier Flixtrain est arrivé hier matin à Genève, en provenance de Paris Gare de Lyon. Les voyageurs se sont déclarés exténués par ce long périple presque aussi difficile que le voyage de Bilbon jusqu’à la Montagne Solitaire.  

Il vient de Paris et aura mis 7 jours, 13 heures et 54 minutes pour avaler la distance qui sépare la Ville Lumière de la Cité de Calvin. Hier matin, le premier Flixtrain est bien entré en gare de Genève-Cornavin. Il était piloté par 4 smicards se relayant toutes les heures pour actionner la manivelle permettant à la draisine de filer à toute allure sur le rail. 

Les quatre futurs chômeurs devaient en effet visiter leur tante entre la vie et la mort après qu’elle a été renversée par un banquier en trottinette électrique, près de l’arrêt de tram Pictet-Thellusson. Parisiens, ces derniers ne pouvaient cependant pas se permettre d’emprunter un TGV, « bien trop cher » jugeait un membre de la famille qui ne souhaite pas divulguer le fait qu’il s’appelle Thomas et que nous avions interrogé au moment de son départ de la gare de Lyon. 

À cœur vaillant rien d’impossible cependant ! Ni une ni deux, les quatre frères et sœurs avaient embarqué dans le premier Flixtrain à destination de Genève pour la modique somme de 30 centimes d’euro par passager. « On a beaucoup hésité, notamment en raison du prix, mais on ne pouvait pas rater les funérailles de notre tante suisse qui, on l’espère, nous aura légué quelque chose », déclarait alors l’une des deux sœurs tandis que sa mère agitait un mouchoir blanc comme on faisait jadis lorsque l’un de nos proches embarquait pour le front, et comme on fera sans doute bientôt lorsque les tentatives de dialogue d’Emmanuel Macron avec Vladimir Poutine auront, comme elles se doivent, une fois de plus lamentablement échoué. 

Toujours est-il que les quatre individus ont été célébrés en héros, hier matin, à Genève. « On ne s’attendait pas à une telle manifestation de joie ! », s’étonnait alors Thomas, que nous avions attendu pour recueillir ses impressions. « D’ordinaire, les frontaliers sont moins bien accueillis, et je sais de quoi je parle ! », ajoutait-il. Après avoir constaté le décès de leur tante et que celle-ci n’avait même pas mentionné leurs noms sur son testament, sinon pour les traiter de « sales Shadoks », les 4 frères et sœurs sont repartis dans la soirée en direction de Paris. « Eh ouais, malheureusement les congés payés c’est seulement 5 semaines par année ! Il nous en faut déjà deux pour aller et venir, alors on ne reste pas trop longtemps histoire de ne pas gaspiller ! », lançait alors Thomas tout en actionnant la manivelle de la draisine, osant de surcroît se plaindre des cloques au bout de ses doigts. 

La Rédaction. 

Illustration : Par en:User:Cameltrader — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1048632

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code