Economie

Le Royaume-Uni testera la semaine des contrats zéro heures de quatre jours 

Dès lundi, les millions de britanniques soumis à des contrats zéro heures ne pourront plus être appelés que quatre jours au lieu de cinq. Un progrès social salué unanimement par les travailleurs et les patrons. 

Travailler moins pour gagner… Toujours moins, mais mieux reposé ! C’est le pari du Royaume-Uni ! Lequel vient tout juste d’entériner la « semaine de contrats zéro heures de quatre jours ». Une mesure réjouissante pour les patrons anglo-saxons, lesquels constatent que la productivité de leurs employés croit à mesure que ces derniers bénéficient de temps libre pour relativiser les traumatises qu’ils vivent quotidiennement au travail.  

« Les employés, c’est comme les hamsters : trois jours de congé et ils oublient qu’on leur fait préparer des hamburgers à la chaine, qu’ils manipulent des cartons sous les ordres de robots, qu’ils livrent des repas qu’ils ne peuvent même pas s’offrir avec la rémunération qu’on leur donne pour les livrer ou qu’on leur fait vendre des savons de merde dans un magasin qui sent les produits chimiques ! Du coup, après, ils travaillent d’autant plus et en se plaignant moins d’être appelés au milieu de la nuit parce qu’Untel est tombé dans la friteuse ou que Machine s’est fait le doigt à la trancheuse », confirme un employeur anglais.

Mais il n’y a pas que les patrons qui se satisfont de cette nouvelle donne. Les travailleurs également jubilent : « je suis content, je vais enfin pouvoir prendre du temps pour enlever cette odeur de friture qui me colle à la peau depuis cinq ans ! », déclare ainsi Edwards, 34 ans, doctorant en physique quantique et employé d’un fast food pour pouvoir rembourser le crédit de 250’000 pounds qu’il a souscrit pour payer ses études dans une faculté déclassée de l’est britannique. « Avec ça, je vais peut-être aussi pouvoir sortir, rencontrer des gens et, qui sait, me faire des amis ! », se réjouit ce dernier. 

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*