Islamo-gauchisme

Loi contre le terrorisme – Les rastas blancs pourront être arrêtés préventivement, avant de se faire des dreadlocks

La seule bonne raison, peut-être, de voter « oui » le 13 juin à la loi contre le terrorisme.

Dans le cadre des prochaines votations, les Suisses et Suissesses de Suisse ou de l’étranger sont invités à se prononcer sur le renforcement des mesures préventives en matière de terrorisme. La loi sur laquelle le peuple devra se prononcer permettra notamment aux autorités d’arrêter préventivement ou de prononcer des assignations à domicile pour les personnes jugées « dangereuses », à l’instar des ayatollahs de la Liberté aveuglés par la théorie du ruissellement comme Philippe Nantermod, les prophètes du #notallmen tels que Martina Chyba ou encore les individus qui nient l’existence du racisme sous prétexte d’avoir un « ami noir ». 

Mais le plus important, peut-être, est que cette loi permettra aux autorités de se fonder sur une base légale pour arrêter tous les adeptes blancs du rastafarisme qui auraient – et oui, encore, malgré des années de critiques acerbes et autres galéjades à leur endroit – envie de se faire des dreadlocks.

Si la nouvelle a été accueillie favorablement dans les milieux qui dénoncent l’appropriation culturelle et les étudiants en HEC qui s’habillent en zoulous, c’est la rédaction du journal Watson qui a surpris. Contre toute attente, celle-ci s’est unanimement indignée contre ce projet de loi. En effet, si le peuple suisse devait se prononcer favorablement à ce sujet, le 13 juin prochain, Watson n’aurait d’autre choix que de retirer une grande partie de ses réclames publicitaires qui pullulent dans les rues de Genève comme les enfants autours des prêtres catholiques. Un coup dur pour les finances du journal qui devait encore acheter quelques pages Facebook pour augmenter artificiellement son audience en Suisse Romande – ps : on peut vous faire un prix. Du côté d’Alexis Favre, celui-ci aurait déclaré que cette loi lui en toucherait une sans faire bouger l’autre tant qu’elle ne l’empêcherait pas de porter son élégant bonnet rouge de blanc benêt. 

La Rédaction. 

illustration: “Dreadlocks @ Fusion Festival 2009 // Sunday evening” by Merlijn Hoek is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code