Genève

Mauro Poggia menace de mort ceux qui l’ont menacé de mort

Le magistrat a retiré la plainte qu’il avait déposé contre les individus qui, accotés ivres morts aux piliers du bar la Sportive, l’avaient menacé de mort un peu auparavant. À la place, il les a invités à « venir se battre » dans un octogone, sans règles, et a précisé qu’il ne ferait qu’une bouchée de ces « demi-portions ».

Menacé de mort par des individus d’autant plus ignares qu’ils devaient être ivres, Mauro Poggia a porté plainte auprès de la maréchaussée, avant de rappeler les autorités et de leur signaler leur incompétence orchestrée par ses soins et de préciser qu’il « se ferait justice lui-même » en ôtant la vie de ceux qui ont osé commettre le crime de lèse-Maurogesté de le prononcer mort avant que la vie ne se charge de cet état de fait commun au commun des mortels.

« Venez vous battre bande de **propos homophobes** ! » a-t-il ensuite invité sur Facebook, où il a ajouté : « vos mères les **insultes envers les mamans** ! », pour enfin préciser que le combat à mort où il affronterait un à un ses opposants serait retransmis en direct sur les chaines de catch du monde entier et sur les réseaux sociaux. 

S’il advenait que ses détracteurs fussent couards et refusassent de l’affronter un à un, Mauro a d’ores et déjà rassemblé une équipe (voir illustration) prête à se battre pour lui jusqu’à ce que victoire ou mort s’ensuive. « Des sportifs du dimanche », diront les mauvaises langues. C’est oublier bien vite que la politique, tout comme la sociologie, est un sport de combat. 

La Rédaction. 

Illustration : “Secretary-General Antonio Guterres in Geneva” by UN Geneva is licensed under CC BY-NC-ND 2.0.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code