Calf

Posséder les convictions d’un légume vert n’exempterait pas de respecter les mesures sanitaires

En posséder la composition chimique ne procurerait pas non plus matière à exception. 

De même que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute, tout individu normalement constitué de 70% d’eau, voire d’un peu d’alcool, selon que l’on se nomme Gérard Depardieu ou Mark Muller, est contraint, dans les lieux clos, de porter un masque pour se protéger des aérosols distillés sans compter les gouttes par sa bouche en plein mouvement lors d’une tentative de dialogue.

Or, cet automatisme ne semble pas avoir été porté à la connaissance de gens dont l’engeance se confond parfois avec celle des organismes autotrophes ; de même, d’ailleurs, que les fonctionnaires de police ne semblent pas avoir tirés les leçons de la délation qui fut pratiquée à foison dès l’an quarante du siècle passé.

C’est ainsi qu’en plein cérémonie officielle d’un certain évènement impliquant une certaine personne chlorophyllienne et ses proches, de nombreuses mesures sanitaires furent violées au mépris d’une notion certes plutôt morale et abstraite mais néanmoins sacrée lorsqu’on prétend représenter les valeurs d’un organisme public, lequel s’est précisément construit sur ces dernières. L’égalité de traitement, n’est pas une option quand on représente l’État et ses concitoyens. Un petit pardon, au moins, peut-être ? 

La Rédaction. 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code