Genève

Pour augmenter sa street crédibilité en prison, Pierre Maudet s’est tatoué des signes de gang sur le visage

Only God Can Judge Him.

Non ce n’est pas l’heure du duel – n’en déplaise aux fans de Yu-Gi-Oh – mais celui du verdict. Demain, lundi 22 février de l’an de grâce covidien 2, sonnera en effet le glas d’une affaire morale et judiciaire dont la durée n’aura été que trop longue, tout comme une vilaine chaude-pisse attrapée de derrière les fagots et dont on peine à se débarrasser. Demain, Mesdames et Messieurs, demain devrait être rendu le jugement définitif et les derniers sacrements de Pierre Maudet sur l’autel de la sainte Justice genevoise. 

Demain , Pierre Maudet devrait en effet écoper d’une peine de prison ferme pour l’arrogance crasse qu’il trimbala dans ses valises accrochées à ses casseroles tout au long de sa fameuse carrière de prodige, premier de la classe, tête de fil et probablement tête de turc de sa classe puisque, comme chacun sait, lorsqu’il avait 15 ans, le petit Pierre ne s’amusait point comme ses petits camarades sur le parvis de la sainte cathédrale éponyme, mais préférait contacter les jeunes geeks du parlement des jeunes bernois. 

Or, pour se préparer à sa nouvelle vie et enterrer la dernière – mais pas la hache de guerre, car il prévoit d’engager ses co-détenus pour éliminer ses anciens ennemis, et quelques-uns de ses amis, aussi, pour le fun – Pierre Maudet s’est attaché non pas les services de trois avocats mais de trois tatoueurs. Le premier, spécialisé dans le dessin tribal, pour réaliser deux superbes projets qui viendront rehausser un petit peu ses sourcils, lesquels avaient tendance à tomber sous le poids de la fatigue et des migraines de voir son ennemi de toujours, Antonio « le Che » Hodgers, mieux réussir que lui ces derniers temps. Le deuxième, as de l’écriture baroque et tatoueur officiel des Anges de la Téléréalité afin d’inscrire au-dessus de sa carotide et sur son front quelques aphorismes tels que Only God Can Judge Me. Enfin, le troisième et bon dernier devrait se charger de réaliser une larme coulant sous ses yeux afin que tout un chacun puisse observer la férocité avec laquelle il mettait jadis ses ennemis au tapis. Le résultat est, pour ainsi dire, bluffant et l’édile libéral apparaît désormais sous un jour totalement nouveau. 

Un homme totalement nouveau, d’aucuns diront méconnaissable.

Mais pourquoi tout cet apparat ? La réponse, aussi simple que deux et deux font que vous pouvez aller vous carrer dans l’oignon la résolution de cette équation, augmenter sa street-crédibilité, c’est-à-dire lui procurer un charisme de chef de gang dès son entrée en prison. Voilà, vous savez tout sur le nouveau look que Pierre Maudet devrait arborer et assumer pleinement demain matin à son entrée dans le Palais de justice. La suite appartient à l’histoire.

La Rédaction. 

Illustration originale : Nielsackermann — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=96017913

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code