Suisse

Pour surajouter au seum des Français, la Suisse achètera les F-35 américains plutôt que les Rafale de Dassault

Une fois n’est pas coutume. Mais lorsque les évènements se répètent jours après jours, on peut décemment affirmer qu’ils deviennent tradition.

Lundi, les Suisses découpaient les Français sur un terrain de football. Et tandis que Véronique Rabiot s’occupait de miner le moral des troupes françaises depuis les gradins, Yann Sommer sortait le match de sa vie et le penalty du prodige hexagonalo-algéro-camerounnais pour le plus grand plaisir de Jean Messiah, Éric Zemmour et compères, à qui il donnait une raison supplémentaire d’abhorrer les étrangers.

Mardi, Roger Federer ne laissait aucune chance à Adrian Mannarino sur le court de tennis, lequel était contraint d’abandonner en raison d’un « matériel défectueux », une « mauvaise orientation des rayons de soleil » et plein d’autres soucis techniques bien évidemment étrangers à sa performance.  

Mercredi, c’était au tour de l’industrie française de subir l’un des revers les plus importants de sa décennie. En effet, alors que Viola Amherd avait pratiquement scellé le deal des avions de combat avec le Président Macron et son sbire de l’armement Serge Dassault, Sleepy Joe Biden s’est ramené avec ses grands airs et son sourire américain pour exiger de Guy Parmelin qu’il achetât made in America. Après les déconvenues footballistiques et tennistiques de la veille et de l’avant-veille, la France essuyait donc, un troisième jour d’affilée, un camouflet des petits suisses. 

Jeudi, aujourd’hui, Federer rencontre Gasquet. On vous laisse présager de l’issue de la rencontre, sauf à soupçonner fortement le second de recourir au même préparateur physique que Lance Armstrong…

Vendredi enfin, la Suisse affronte l’Espagne dans le quart de finale de l’Euro 2020. Or, les plus fins d’entre vous, chers lecteurs et chères lectrices aussi assidu-e-s que des soviétiques dans la queue d’une épicerie en 1974, les plus éclairé-e-s d’entre vous auront compris que l’Espagne, c’est un peu la France. Non seulement, les deux États se partagent une nation commune en l’endroit du Pays Basque, mais Marie-Thérèse Antoinette Raphaëlle de Bourbon, infante d’Espagne, est devenue dauphine de France après qu’un Louis a décidé que le meilleur moyen de réconcilier les deux royaumes était d’en épouser la première dame. En battant l’Espagne, donc, la Suisse battra encore une fois un peu la France. 

En somme, autant dire que le seum français, tout comme le vent qui souffle régulièrement offshore en mer du Nord, n’est pas près de tomber.

La Rédaction. 

Illustration : “F-35 Lightning Drops a Paveway II Laser Guided Bomb” byDefence Images is licensed under CC BY-NC 2.0

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code