Monde

Aux commandes d’un avion, Alain Berset forcé d’atterrir en pleine livraison de dr*gue dans le sud de la France

Le salaire des conseillers fédéraux est-il suffisant ? C’est la question que pose la nouvelle affaire Berset. En effet, en congé la semaine passée, le conseiller fédéral en charge du département de la santé a été forcé d’atterrir par la police de l’air française. Ce dernier avait loué un avion de plaisance pour s’entrainer à faire des loopings en vue du 14 juillet prochain et, accessoirement, pour effectuer une livraison urgente de 450 kilos de méthamphétamine, parce qu’« il faut tout faire soi-même ! », a précisé ce dernier aux journalistes. 

« Je suis infiniment désolé de m’être fait prendre. Pourtant, je croyais voler sous les radars », s’était d’abord excusé le conseiller fédéral dont l’identité était relevée par les autorités de l’Hexagone. « Mouais, on sait très bien que ça lui en touche une sans faire bouger l’autre ! Alain [Berset] trempe dans ce genre de magouilles depuis des années », recontextualisent ces dernières cependant qu’elles évoquent son immunité, inhérente à son amitié avec le président et aux nombreux emplois qu’il crée en France grâce à son commerce de meth’. 

Quelques minutes seulement après avoir été forcé à atterrir, l’ancien président de la Confédération a pu redécoller et reprendre sa tournée aux commandes de son monomoteur, a appris le département fédéral de l’intérieur. Lequel n’a pas jugé utile d’ouvrir une enquête. Alain Berset devait alors encore parachuter 34 kilos à Toulouse, 15 à Biarritz et 74 à Bilbao (ESP) avant de rentrer, lors d’un Vol de nuit, direction Lyon-Saint Exupéry.

La Rédaction.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

code