Politique

Le Grand Conseil dit oui à un projet de loi visant à destituer immédiatement Pierre Maudet après sa réélection en 2023

Celui que l’on surnomme désormais « Stickman Hook », pour sa capacité à affronter les obstacles qui se dressent contre lui, pourrait revenir plus fort en 2023. Parti en quête des sept boules de cristal, il en aurait déjà trouvé quatre. 

Le gendre idéal
À l’instar de ces individus propres sur eux qui sont aux costards ce que les rastas blancs sont à une odeur de cendre froide, Pierre Maudet fut un temps le gendre idéal de toutes les familles aussi parfaites que l’on peut être avec un compte courant dont les six chiffres ne sont pas situés après la virgule. Beau, jeune, un peu glabre certes, Pierrot « le déglingo » Maudet nourrissait jadis les fantasmes des plus d’une belle famille de la rive gauche. Or, la scandaleuse affaire qui le frappa au sommet de son art lui fit perdre un temps la superbe qui le caractérisait aux yeux des autres, les seuls yeux d’ailleurs qui comptent aux siens. 

Le retour du roi
Mais puisque la vie est en dents de scie – et ce n’est pas la Nati qui vous dira le contraire – et qu’il en faut peu pour se racheter lorsqu’une grande partie de la population est à la jugeote ce que Ray Charles est à la clairvoyance, Pierre Maudet fera sans doute un retour éclatant en 2023 après que sa quête des sept boules de cristal a été couronnée de succès et son vœu le plus cher, à savoir redevenir l’infant du peuple genevois, a été exaucé par Shenron.

Un mécanisme retors
Pourtant, le Grand Conseil se dresse envers et contre l’opinion des centaines de milliers, voire millions de Genevois qui pensent que Pierrot est à la politique ce que le Moïse fut au sauvetage de centaines d’individus désirant traverser la Mer rouge sans visa. Selon les rumeurs – puisque la décision a été dissimulée à la population pour ne pas provoquer sa colère et le piquet de grève des avocats et autres banquiers de la cité des Calvinus © – le Parlement aurait ainsi accepté à l’unanimité moins un abstentionniste suspendu actuellement dans les geôles de la tour Baudet et contre la voix d’un irréductible maudiste, lequel aurait crié, au moment du vote : « Montjoie, Saint-Denis ! À bas la Dal Buscquetterie ! », le Parlement aurait accepté, disions-nous, un projet de loi constitutionnel visant à destituer immédiatement le père Maudet en cas de réélection au premier ou second tour de l’élection au conseil d’État de 2023. Un mécanisme somme toute assez retors qui le laissera vider son compte en banque dans des publications sponsorisées sur Facebook, Instagram, Twitter et TikTok – où, paraît-il, celui-ci s’adonne à la zumba pour engranger des électeur-trice-s chez les moins de six ans – avant de le sanctionner au moment où il essaiera d’asseoir son éminent fessier dans un fauteuil de la tour Baudet. En effet, un stagiaire payé à ne rien faire qu’à attendre son arrivée pour lui retirer son siège au dernier moment serait en ce moment-même dissimulé dans l’un des cagibis du bureau. « Habile », ont commenté les quelques journalistes qui, tout comme notre stagiaire, sont dans la confidence et tenus au secret sous peine de rejoindre les nombreux indigents qui habitent les égouts de Genève depuis que les honnêtes gens se sont plaints de souffrir leur haine anti-riches et que la répression policière a été intensifiée pour mater ces récalcitrants.

La Rédaction. 

Illustration : “Dragon Ball Shenron Gamescom 2019” by dronepicr is licensed under CC BY 2.0

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code